Accueil du site

2/19

ACTE I

L'acte fondateur

  Fabrice Fusaing, absorbé par la lecture d'une lettre, conduit Gildas de La Foucquerie jusqu'à son bureau. Sans mot dire, il fait signe à son visiteur de s'asseoir. Le jeune homme y regarde à deux fois avant de se rapetisser sur l'un des tabourets. Il ne voit pas Paradisier qui se tient immobile, dans la nacelle suspendue en l'air parmi les tentures.

  FABRICE FUSAING :

  - Je hais les éditeurs ! Je hais leurs aimables lettres-types dans lesquelles, en évitant les mots qui pourraient mortellement blesser l'auteur, ils annoncent que "malgré votre talent certain et la qualité indéniable de votre manuscrit", ils ne peuvent "le retenir pour publication". Ils ne peuvent pas le retenir tout court. De peur qu'il ne s'évade, ce qui ternirait leur réputation, ils vous proposent charitablement de vous le renvoyer contre-remboursement ou que vous passiez le chercher en leurs locaux sous trente jours, faute de quoi ils seront "contraints (!) de procéder à sa destruction". Oui, monsieur, rien que cela peut vous faire comprendre pourquoi je hais les éditeurs.

  GILDAS DE LA FOUCQUERIE :

  - Cette haine, je suis certain qu'au fond, c'est de l'amour !

Haut de la page
< Page précédente-Page suivante >