Accueil du site
Retour accueil Stalag XI A


ENTREPRENDRE UNE RECHERCHE SUR UN PRISONNIER DE GUERRE


par M. Yannick CHAUMETTE

 

+ Pour démarrer une recherche sur un prisonnier de guerre je conseillerai tout d’abord de se procurer la fiche appelée Etat signalétique et des services.

    C’est celle qui a été établie par les autorités militaires lors du recrutement, effectué l’année des vingt ans.

    Etant donné le temps écoulé, je pense qu’elle ne doit plus se trouver au CAPM (Centre des Archives du Personnel Militaire) de Pau (enfin, on ne sait jamais) car, normalement, ils ne conservent plus de dossiers au-delà de quatre-vingt-dix ans après la naissance de la personne concernée (plus probablement, on la trouvera auprès des archives départementales de la commune où il a été recensé à vingt ans ; cette fiche vous donnera des renseignements sur la période de mobilisation et sa captivité, ainsi que, bien entendu, sur son service militaire) :
<https://www.defense.gouv.fr/actualites/memoire-et-culture/le-centre-des-archives-du-personnel-militaire-de-pau-capm>  


+ Ensuite pour la période de captivité proprement dite, demandez les documents le concernant personnellement au BAVCC (Bureau des Archives des Victimes des Conflits Contemporains) de Caen :

<https://www.defense.gouv.fr/portail/rubriques-complementaires/demarches/histoire-patrimoine-recherches-familiales/bureau-des-archives-des-victimes-des-conflits-contemporains>


    Cet organisme conserve des documents sur les prisonniers, tels que le registre du Frontstalag dans lequel le soldat a été captif en France, le registre du départ de France et d’arrivée à Altengrabow, la fiche indiquant l’état de santé du prisonnier, etc. (ceci, bien sûr, dans la mesure où les documents n’ont pas subi de destructions dues à des actions de guerre, cela dépend des unités auxquelles les prisonniers ont appartenu).

 
+ Par ailleurs, on pourra essayer de trouver d’autres renseignements et documents auprès du Comité International de la Croix Rouge (CICR) :

<https://www.icrc.org/fr/document/Quota-recherche-de-renseignements-sur-une-personne-detenue-pendant-la-guerre-despagne-ou-la-0>


    Malheureusement, seules les demandes urgentes sont traitées actuellement en raison de la crise sanitaire.
Le service sera en mesure de reprendre à partir du 25 janvier 2021. La recherche est aussi une école de patience ! En temps normal, ce service est susceptible de vous fournir d’autres documents sur les prisonniers de guerre et, plus rarement, si l’on de la chance, des objets personnels ayant appartenu au captif.


+ Sur la page du CICR vous avez un lien pour un organisme, AROLSEN, très utile aussi, susceptible de conserver des documents sur la période allemande de la captivité d’un prisonnier (il y a deux ou trois ans, ce service devait fermer, faute de crédits ; il semble qu’il ait repris ses activités, tant mieux !).

    Pour y accéder directement : <https://arolsen-archives.org/fr/>

    Les deux organismes peuvent parfois se compléter car l’un et l’autre ont pu conserver des documents différents.

    Voilà, je pense, de quoi retracer les grandes lignes du parcours d’un prisonnier et cerner certains aspects de sa captivité. Selon les organismes, il faudra quelquefois régler la reproduction des documents commandés, mais ce sont toujours des sommes abordables. Les services du CICR et d’Arolsen, eux, sont gratuits.

 

+ A propos des Kommandos (les Arbeitskommandos)


    * Il faut encore savoir que les prisonniers de guerre (rattachés au Stalag XI A pour le cas qui nous occupe) étaient le plus souvent dispersés dans des détachements de travail appelés Arbeitskommandos. Seul un tout petit nombre d’entre eux, affectés à des tâches administratives ou sanitaires, restaient au camp de rattachement, dans le village d’Altengrabow, pour le XI A.

    Avec les divers renseignements que l’on obtient de ces organismes, apparaîtront certainement le ou les N° de Kommandos dans le(s)quel(s) le prisonnier a travaillé pendant sa captivité.
    La liste complète des Kommandos du XI A a été mise en ligne sur ce site (lien direct : <registre00_accueil.html>.

    Vous pourrez alors avoir, en le consultant, à partir du N° de Kommando, le nom de l’entreprise et l’adresse du lieu de travail du captif, si le registre a été correctement renseigné par l’autorité de l’époque.

     * Le registre original est conservé aux Archives nationales de Pierrefitte. Le site est accessible en ligne : <http://www.archives-nationales.culture.gouv.fr/>

Il est possible de formuler en ligne une demande d’aide à la recherche de documents, des archivistes compétents et serviables renseignent et orientent vers les cotes susceptibles de contenir les documents intéressant le chercheur. Cette démarche peut-être un préalable à une visite sur le site ou à une commande à distance des dits-documents.

    * Une question souvent posée est celle concernant les listes de prisonniers du Stalag XI A d’Altengrabow.

Il en existe, bien sûr, mais elles sont en général établies par Kommandos et elles fluctuent au gré du temps en fonction des changements survenus parmi les prisonniers (rapatriement, décès, changement de Kdos etc.). De nombreuses listes sont conservées aux Archives nationales de Pierrefitte, ou au SHD Service Historique de la Défense) de Vincennes : <https://www.defense.gouv.fr/memoire/archives-et-bibliotheques/archives/le-service-historique-de-la-defense>

    Pour cet organisme aussi, une demande d’aide en ligne est possible.


Pour terminer je vous conseillerai la lecture de quelques livres de base sur la captivité dont vous trouverez les références sur ce site dans la rubrique Bibliographie récapitulative.

 

Yannick Chaumette

Publié le 06.10.2020

 

Retour accueil Stalag XI A